Aller au contenu

Des cailloux dans le ventre – John Bauer

  « Je disais à tout le monde que j’avais été adopté. Petit, je l’annonçais à tous les nouveaux venus, si bien que cela a fini par s’insinuer en moi comme une sorte de vérité. Une vérité qui m’habite toujours et m’empêche de me sentir à ma place… Où qu’on aille, quoi qu’on fasse de ses sentiments, notre vérité nous guette. Mon enfance me hante comme mes poings hantent mes mains. Partir ne m’a pas non plus permis d’en finir avec mes parents. Je les emporte partout dans cette mémoire imposée. Maman surtout. »

Alors, lorsqu’à 28 ans, il revient chez lui, au chevet de sa mère malade et en fin de vie, la tentation est grande de demander des comptes, de faire payer, de se punir aussi.Ce sera surtout l’occasion de faire la paix avec son enfance.

Un roman coup de poing ! On aime ou on déteste, mais on ne peut pas rester indifférent.

Une histoire à deux voix : celle de l’enfant, jaloux de Robert, un enfant accueilli par ses parents et pour qui sa mère témoigne d’un attachement très fort, une jalousie qui conduira au drame ; celle de l’adulte qui porte encore les stigmates de son enfance, une rage qui le conduit à de nombreux débordements et une certaine cruauté envers sa mère.

C’est cruel parfois, c’est violent aussi, parfois drôle, toujours émouvant. Et quelle écriture ! John Bauer a su retranscrire la pensée de l’enfant qui saute du coq à l’âne passant du rire à la colère et aux larmes. Il a su exprimer des émotions intenses, des sentiments forts, dérangeants même, parce qu’ils peuvent nous paraître étrangers. L’auteur a su peindre un personnage touchant par ses errances, sa vulnérabilité, ses émotions.

Un roman poignant, une écriture puissante, vous l’avez compris, on a adoré !

Des cailloux dans le ventre, John Bauer, La Cosmopolite, Editions Stock, 22€

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser du HTML simple dans vos commentaires. Votre courriel ne sera pas publié.

S'abonner à ce flux de commentaires via RSS